Tout savoir sur la bourse

Avant d’investir en bourse, il est important de bien connaître certaines notions indispensables, dont le compte-titre, le Plan Epargne en Actions (PEA), les parts sociales, la SICAV monétaire… Cet article vous donnera les caractéristiques de chacune de ces expressions, pour vous aider à mieux comprendre l’investissement en bourse.

Le Compte-titre

Appelé également « compte d’instruments financiers » ou « compte titres ordinaires », le compte-titre est un compte rattaché à un compte courant ou un compte de dépôt, permettant de réaliser les opérations d’achat et de vente, en débitant ou en créditant celui-ci du montant de ces opérations. Ouvert aux particuliers de tout âge et sans limitation de plafond, le compte-titre permet l’investissement de valeurs mobilières françaises, européennes ou internationales. Généralement, ces valeurs mobilières sont constituées d’actions ou d’obligations pouvant être regroupées sous la forme de SICAV, d’OPCVM ou de FCP, mais aussi de valeurs moins courantes comme les Warrants, les Bons, les Trackers… L’objectif d’un compte-titre est de pouvoir diversifier le patrimoine et éventuellement d’obtenir de meilleurs rendements que ceux proposés par les comptes classiques tels les livrets d’épargne.

En règle générale, un compte-titre se présente sous les mêmes formes qu’un compte courant. En effet, il peut être ouvert en compte individuel, en compte joint, ou en compte Indivis, où tous les titulaires du compte (au moins deux personnes) doivent donner leur agrément pour qu’une opération puisse s’effectuer. A la suite d’une succession ou d’une donation, le compte-titre pourrait également être détenu en nue-propriété ou en usufruit. En outre, il est possible de donner procuration à une tierce personne pour réaliser les opérations, comme c’est le cas pour les livrets et les comptes courants.

En ce qui concerne la gestion du compte-titre, cela peut se faire directement en ligne par son titulaire, auprès d’une banque spécialisée ou par le biais d’un site de courtage en ligne. Vous pouvez ainsi passer les ordres de bourse au téléphone, en agence via le chargé de clientèle.

Le compte-titre est soumis à fiscalité, qui pourrait être relative à la cession de valeurs mobilières ou aux revenus d’actions ou d’obligations de ces valeurs mobilières.

Le Plan Epargne en actions ou PEA

Le Plan Epargne en Actions est apparu pour la première fois en 1992, comme une enveloppe fiscale permettant aux particuliers d’investir sur les marchés européens. En effet, cette enveloppe est exonérée d’impôt après cinq ans, mais pas du prélèvement social. Le PEA permet l’acquisition d’un choix restreint de valeurs mobilières (les valeurs éligibles dont les actions, les SICAV actions, les parts de FCP, les bons de souscription ou d’attribution, les certificats d’investissements, les parts de SARL, et les titres de sociétés soumises à l’impôt sur les sociétés ou équivalent, et dont le siège social est sis dans un État membre de l’Espace Economique Européen hors Liechtenstein, sauf les titres SOFICA, ceux acquis lors de la levée de stock-options et ceux des sociétés bénéficiant d’un régime fiscal de faveur) et interdit les opérations à découvert. Ainsi, il est important de consulter le descriptif de la valeur sur un site boursier ou sur un journal spécialisé afin de vérifier qu’une valeur est négociable dans un PEA.

L’ouverture d’un compte PEA s’adresse uniquement aux personnes physiques résidentes fiscales en France, dans la limite d’un seul PEA par personne et de deux PEA maximum par foyer, sans obligation légale d’un minimum de versement à la souscription. En outre, le montant total de tous les versements ne peut excéder le plafond de 132 000 euros. Contrairement au compte-titre, le PEA ne peut être ouvert qu’en compte individuel, et seul le titulaire est habilité à effectuer les opérations d’achats ou de ventes via le compte PEA.

Les frais appliqués sur le compte PEA varient en fonction des établissements financiers, et ils sont généralement assez élevés.

Le Plan Epargne en Actions se présente sous deux formes :

  • le PEA bancaire : le plus courant, ouvert auprès d’une banque et donnant lieu à la souscription d’un compte-titre associé à un compte espèce.
  • le PEA assurance : ouvert auprès d’une compagnie d’assurance et se matérialisant sous la forme d’un contrat de capitalisation.

Les Parts Sociales

Une part sociale peut être définie comme un titre de propriété correspondant à une partie du capital d’une société non cotée en bourse et comportant plusieurs associés. A la différence des actions, les parts sociales ne sont pas librement accessibles sur un marché boursier. Les banques coopératives et les mutualistes vous proposeront spontanément de souscrire aux parts sociales de leur établissement.

Ainsi, vous devenez sociétaire d’une entreprise lorsque vous détenez une part sociale de cette entreprise. De par ce statut, vous avez un droit de vote à l’Assemblée Générale et une participation pécuniaire aux bénéfices de la société, un droit à l’information … en fonction des statuts de la société. En effet, certaines structures coopératives comme quelques banques ont créé des parts sociales sans droit de vote, mais versant un dividende.

Toutefois, il est important de noter que les détenteurs de parts sociales sont considérés comme les derniers créanciers de la société concernée. Ainsi, ils seront les derniers à être payés en cas de faillite, après l’État, l’URSSAF, les fournisseurs…

Les parts sociales doivent être détenues sur un compte-titre, mais elles sont également éligibles au Plan Epargne en Actions (PEA). La fiscalité des revenus des parts sociales est identique à celle des dividendes d’actions, et dépend ainsi du compte support (compte-titre ou PEA). De manière générale, ces intérêts sont donc soumis aux cotisations fiscales et à l’impôt sur le revenu.

La SICAV monétaire

Une SICAV monétaire est un placement financier à bas risques. En effet, la SICAV monétaire est un produit d’épargne collectif visant à rémunérer la trésorerie des investisseurs. Les rendements sont assez importants et assez rapides, si vous êtes bien conseillé. En effet, la SICAV monétaire est totalement liquide, à court terme, sans frais d’entrée et de sortie, présentant une grande stabilité et régularité. C’est un portefeuille composé principalement de titres monétaires dont des bons de Trésor, des certificats de dépôt…

Faisant référence à un ou plusieurs indicateurs d’un marché monétaire, le rendement d’une SICAV monétaire suit donc d’assez près le taux du marché monétaire. On peut distinguer deux types de SICAV monétaire :

  • les SICAV monétaires classiques ou régulières, composées de titres d’une durée de vie de 3 mois maximum ;
  • les SICAV monétaires dynamiques, composées de produits monétaires d’une durée de vie plus longue, pouvant aller jusqu’à 2 ans.

Selon la durée des produits composant chaque SICAV monétaire, celle-ci sera plus ou moins sensible aux variations des taux d’intérêts. Afin de ne pas avoir à payer des frais de transactions, il est conseillé de prendre la SICAV monétaire dans votre banque.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *